Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Alexandre Morlon, Documents d'archives, Infos, Leçons de numismatique, Questions - Reponses, Technique et metaux, Une monnaie une histoire » Les “Morlon” hybrides au revers “Chambres de Commerce”

Les “Morlon” hybrides au revers “Chambres de Commerce”

par gilles Marchand

Cet article émet une hypothèse sur la frappe des monnaies hybrides comportant sur une face la “République” d’Alexandre Morlon et sur l’autre face le revers des jetons des “Chambres de Commerce” en circulation dans les années 1920. J’invite tous les numismates qui auraient connaissance des faits réels qui ont conduit à cette frappe où qui auraient une autre hypothèse à déposer un commentaire à la fin de cette page.
Le débat est ouvert, merci d’avance (La connaissance ne vaut que si elle est partagée !)

Il est possible de trouver sur le marché numismatique des pièces hybrides avec, à l’avers, la République d’Alexandre Morlon tournée à droite, et, au revers, le revers des jetons des “Chambres de Commerce”. Ces essais existent avec les valeurs faciales de 50 centimes et 1 franc dans des alliages divers (bronze aluminium, bronze aluminium plaqué nickel, maillechort et cupro nickel – cf. CGB.fr).

Alexandre Morlon s’était vu confié l’étude des nouvelles monnaies de 50 centimes, 1 et 2 francs destinées à remplacer ces jetons. Pour ses travaux préliminaires, Alexandre Morlon était parti, pour son avers, du projet de 10 francs qu’il avait présenté au concours monétaire de 1928/29. Par contre, son revers n’avait pas dû être retenu et Alexandre Morlon avait créé un tout nouveau revers que l’on retrouve sur un modèle frappé en 1930.

Il semblerait logique de penser qu’en attente de la création de ce nouveau revers, des frappes aient été réalisées avec l’avers du modèle présenté au concours et le revers des jetons alors en circulation afin de tester la résistance des coins à la frappe en série. Le nombre d’exemplaires existants tendrait à prouver cette hypothèse.
La comparaison des effigies de la République présentes sur ces pièces hybrides et sur les essais du projet de 10 francs présenté au concours monétaire en 1929 semble démontrer cette hypothèse. En effet, mise à part une très légère ondulation dans le haut de la languette du bonnet phrygien sur la pièce hybride (et la signature apposée un peu différemment), les deux “République” paraissent être rigoureusement identiques.

Cette série hybride serait donc le résultat de tests de résistance des coins.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Alexandre Morlon, Documents d'archives, Infos, Leçons de numismatique, Questions - Reponses, Technique et metaux, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

13 − 5 =