Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Atelier monetaire de Macon, Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies de Macon, Questions - Reponses, Technique et metaux, Tresors et decouvertes » Approche typologique du monnayage mérovingien frappé à Mâcon entre 450 et 768 – partie 2

Approche typologique du monnayage mérovingien frappé à Mâcon entre 450 et 768 – partie 2

Par Oleg

A Mâcon :

Nous n’avons aucune archive propre à l’atelier monétaire de Mâcon relative à des productions de petites monnaies de bronze, de deniers d’argent ou de tiers de sous d’or, aussi appelés triens, ni même sur la période précise à laquelle furent frappées ces monnaies. Cependant, bien que ce monnayage soit d’une très grande rareté, quelques exemplaires nous sont parvenus, portant le nom de monétaire différents. Les monétaires étaient chargés de la frappe des monnaies, parfois dans différentes villes. Ils étaient des subalternes au service d’un roi ou d’un évêque. Si leur nom apparait souvent les monnaies, il arrive que seul le nom du roi ou de l’évêque apparaisse. Sur l’autre face de la monnaie, figure le nom de la cité où furent forgées les monnaies.

Les avis sont partagés quant au statut de ces monétaires ; étaient-ils des salariés de l’autorité qui les employait, ou, étaient-ils des travailleurs indépendants, à leur compte qui facturaient leur service à l’autorité qui leur confiait la mission de frapper monnaie ? On peut, peut-être également, envisager que tous n’avaient pas le même statut, et que certains étaient des employés salariés qui frappaient des monnaies portant le nom de l’autorité, roi ou évêque, et que ceux qui étaient travailleurs indépendants faisaient graver des coins à leur propre nom, pour signer leur travail et ainsi assurer un contrôle de la production.

Pour Mâcon, seuls quelques rares bronze burgondes, imités de monnaies romaines, et une quinzaine de tiers de sous ont été retrouvés avec trois noms de monétaires différents. Aucune monnaie d’argent ne semble avoir été forgée en l’officine mâconnaise, ce qui est très peu comparé à l’atelier de Chalon-sur-Saône, où la production fut très abondante, tant en or qu’en argent, et de longue durée.

Les productions monétaires burgondes du VIè siècle :

Monnayage de bronze

Petit bronze burgonde imité d’un nummus romain – 9mm, 0gr30 – fouilles de le Rue Dinet 1982 – collection des Musées de Mâcon

Monnaie de bronze au style frustre au point que la légende d’avers n’est pas déchiffrable, le revers est anépigraphe

Monnayage d’or

Triens burgonde ? – 14mm, 1gr10 – inumis vso 14 lot 467

a/ +mA~TACO, légende mAsTACO à 11 heures avec « S » rétrograde et couchée, au centre le portrait du roi ?

r/ m//TVCAᴦDV~, nom du monétaire “m//TUCALDVS” à 9 heures avec «L » renversé et « S » rétrograde et couchée, au centre une croix pattée,

toutes les lettres n’étant pas déchiffrables, il nous est impossible de donner le nom complet du monétaire, cependant je rapproche cet exemplaire de triens du monnayage burgonde au regard de sa graphie très frustre et de la similitude de style entre les croix de revers, comparé avec le monnayage de bronze présenté ci-dessus.

A suivre…

sources :

Musées de Mâcon

Inumis vso 14

.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Atelier monetaire de Macon, Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies de Macon, Questions - Reponses, Technique et metaux, Tresors et decouvertes · Mots-Clés: , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

huit − 5 =