Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies de Macon, Tresors et decouvertes, Une monnaie une histoire » Les monnaies de la nécropole gallo-romaine des Cordiers à Mâcon (partie 3)

Les monnaies de la nécropole gallo-romaine des Cordiers à Mâcon (partie 3)

Extrait de l’ouvrage publié par le Groupement Archéologique du Mâconnais en 1990 : « La nécropole gallo-romaine des Cordiers à Mâcon ». (suite des articles publiés les 5 mars 2023 https://www.numismatique-en-maconnais.fr/2023/03/les-monnaies-de-la-necropole-gallo-romaine-des-cordiers-a-macon-partie-1/ et 2 avril 2023 https://www.numismatique-en-maconnais.fr/2023/04/les-monnaies-de-la-necropole-gallo-romaine-des-cordiers-a-macon-partie-2/)

Commentaires (Étude par Jacques Grelu des monnaies retrouvées sur le site de la nécropole gallo-romaine des Cordiers) :

Les objets monétiformes soumis à notre examen sont au nombre de 27. Leur état de conservation est en général médiocre – avant nettoyage – car beaucoup de monnaies étaient enfermées dans une gangue de terres oxydées. La restauration de tels objets a été longue et naturellement très partielle.

Les résultats d’identification sont très satisfaisants puisque seules, deux monnaies sont déclarées « frustes ». Encore faut-il noter que leur module et leur alliage, désignent des As du Haut Empire.

La suite monétaire s’étend d’Auguste à Hadrien ; nous devons exclure des statistiques un petit bronze quinaire constantinien (série légionnaire des années 330 à 340) dont la présence au milieu des lourds bronzes du Haut Empire doit s’expliquer, soit par perte, soit par réutilisation plus tardive du site.

L’ensemble des 27 objets peut se décomposer ainsi :
– 1 sesterce (de Tibère)
– 1 dupondius (de Domitien)
– 21 As
– 1 monnaie fausse d’époque
– 2 boutons
– 1 quinaire du Bas Empire.

Les As dominent donc largement (avec 78 % du matériel). Nous rappelons ici que cette monnaie très populaire valait un quart de sesterce, soit 1/16 de denier. L’offrande courante consistait donc en un As, soit la rémunération de quelques heures de travail, au maximum, sur un salaire modeste.

Il n’y a pas de tarification absolue dans ces offrandes, dont l’importance reflète le niveau social des familles. Si certaines tombes riches renferment des aurei et des bijoux, des tombes très pauvres, comme à Nîmes, ne contiennent qu’un modeste coquillage. À Mâcon, la valeur extrême est représentée par le sesterce de Tibère, soit 4 As. C’est dire que l’éventail social des familles concernées n’est guère ouvert.

Pour illustrer ce passage de l’ouvrage du GAM, vous trouverez ci-après le dessin du Sesterce de Tibère retrouvé sur le site de la nécropole des Cordiers et une photographie du même type de monnaie (photo cgb.fr) :

Numéro sur la plancheLocalisationType de MonnaieDESCRIPTIONDatation
11  Z.IV 118  Sesterce  Tibère assis – On ne voit que la draperie sur la jambe et les lettres SIAE de : CIVITATIBUS ASIAE RESTITUTIS Revers : SC au centre – Légende restituée : TI – CAESAR – DIVI – AUG – F – AUGUST. PM. TR – POT. XXIIII (illustrée Sear N° 469) 22 – 23
   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies de Macon, Tresors et decouvertes, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

5 + neuf =