Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Alexandre Morlon, Leçons de numismatique, Technique et metaux, Une monnaie une histoire, Vacances et Numismatique » Les francs Morlon 1941 en bronze d’aluminium lourds et légers :

Les francs Morlon 1941 en bronze d’aluminium lourds et légers :

par gilles Marchand

On parle souvent des francs de 1941 lourds ou légers pour évoquer les pièces en aluminium pesant 1,6 g ou 1,3 g qui ont été frappés en 1941 (lourds) ou à la Libération en 1944 (légers) au millésime de 1941. Le sujet qui nous intéresse ici concerne les variations extrêmes de poids constatées sur les monnaies de 1 franc Morlon de 1941 en bronze aluminium.

En théorie, ces pièces de 1 franc en bronze d’aluminium ont un diamètre de 23 mm pour une épaisseur de 1,6 mm et pèsent 4 grammes. S’agissant d’une production en très grande série, il était prévu une tolérance de 50 millièmes (soit une variation de 0,2 grammes) au-dessus ou en-dessous de ce poids réglementaire. (cf. Journal Officiel du 17 décembre 1930 relatif aux caractéristiques des nouvelles monnaies en bronze d’aluminium)

Du fait de cette tolérance, les monnaies de 1 franc Morlon en bronze d’aluminium mises en circulation devraient peser entre 3,80 g et 4,20 g.
Il se trouve cependant des monnaies atypiques émises en dehors de cette tolérance !
En triant un important lot de pièces, j’ai en effet trouvé une 1 franc “Morlon” 1941 frappé sur un flan mince de 1,4 mm ne pesant que 3,72 g et, à l’inverse, un autre exemplaire au même millésime frappé sur un flan épais de 1,7 mm et pesant 4,56 g (et de tels exemplaires ne sont pas rarissimes).

Par ailleurs, l’édition de 2019 du “Franc – Les monnaies, les archives” mentionne quant à lui des écarts de 3,69 g à 4,24 g (voire 4,63 g).

Ces poids sont en dehors des tolérances admises et ces pièces n’auraient jamais dû être mises en circulation. Il s’agit très probablement de problèmes de laminage mais on ne peut pas exclure, du fait de l’année de production, que les flans minces correspondent à des périodes de pénurie de métaux (la réduction du poids permettant d’obtenir un nombre de monnaies frappées plus élevé) et que certains flans aient été volontairement réalisés épais pour éviter que l’excédent de métal (qui n’aurait pas été utilisé avec une fabrication aux normes) soit réquisitionné par l’occupant allemand.

Quoi qu’il en soit et pour connaitre les variations extrêmes de poids des francs Morlon en bronze d’aluminium, je vous propose de nous signaler vos exemplaires atypiques en laissant un commentaire à la fin de cet article. À vos plateaux et balances et merci d’avance !

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Alexandre Morlon, Leçons de numismatique, Technique et metaux, Une monnaie une histoire, Vacances et Numismatique · Mots-Clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

14 − 3 =