Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Atelier monetaire de Macon, Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies de Macon, Questions - Reponses, Technique et metaux, Tresors et decouvertes » De l’intérêt des monnaies noires

De l’intérêt des monnaies noires

Par Oleg

Introduction :

Je côtoie les collectionneurs depuis de nombreuses années déjà, et cela me permet de constater les changements du marché. Vous êtes de plus en plus nombreux à vous tourner vers une numismatique plus régionale, comme moi d’ailleurs, avec une tendance pour les monnaies médiévales qui ne cesse de croitre. Cependant, j’ai remarqué qu’il est plus facile pour les marchands de vendre une monnaie blanche ou d’or, qu’une monnaie noire.

Mâcon 1385 écu d’or au nom de Charles VI (4gr06) – coll de l’auteur

Il est vrai que les gros modules sont plus parlants, pour ne pas dire spectaculaires surtout dans de beaux états quand il s’agit de les partager avec d’autres amateurs, que les petites divisionnaires, centimes de l’époque, souvent frappées en métal au titre de fin très bas qui nous offrent aujourd’hui un aspect très patiné sombre et difficilement lisible, d’où leur appellation de monnaies noires.

Pour autant, il ne faut pas négliger ces coupures, même si les contraintes de fabrication n’étaient pas les mêmes que pour les grosses monnaies, soumises à contrôle, qui nous laissent aujourd’hui des monnaies souvent mal frappées, et qui quasi systématiquement ne présentent pas non plus les marques d’atelier, pour celles forgées à partir de Charles VI.

Malgré tout, ces monnaies étaient certainement les plus usitées par les petites gens pour les achats de première nécessité du quotidien, comme le pain, et pour cela méritent tout notre intérêt, tant dans leur recherche que dans leur étude et publication.

L’atelier de Mâcon :

En ce qui concerne plus particulièrement Mâcon, les monnaies noires cumulent tous les problèmes d’identification et se fondent aujourd’hui dans la masse de ces petites divisionnaires en vente partout et ne sont donc jamais attribuées à l’atelier, faute d’être physiquement reconnaissables facilement. Leur qualité de fabrication était des plus médiocres, à l’instar de la qualité des autres pièces de cet atelier d’ailleurs, et ne portent quasiment jamais le point d’atelier. Il ne reste pour les identifier que le style particulier du graveur qui nous a laissé des lis de forme endémique et identifiable entre mille. Aussi faut-il avoir l’œil et le bon pour authentifier un double tournois au nom de Charles VI frappé à Mâcon. Les ordonnances nous livrent pourtant maintes délivrances de ces monnaies ; oboles, deniers et doubles tournois, mais aussi des parisius. Si l’on rajoute aux problèmes de facture, le fait que ces monnaies n’ont pas été préservés et transmises du fait de leur faible valeur métal, et que l’atelier de Mâcon n’était pas le plus productif, ces monnaies noires sont rares, voire très rare pour Mâcon.

Mâcon 1389 blanc dit “guénar” au nom de Charles VI (2gr79) – coll de l’auteur

En effet, après près de quinze ans de recherche, je n’ai rassemblé qu’une demi-douzaine de clichés d’exemplaires de double tournois pour deux émissions distinctes (forgées entre 1389 et 1411), aucun denier, aucune obole, et un seul parisius qui lui porte un annelet 12° au revers qui révèle une frappe à partir de 1417. Seule la forme particulière des lis de l’avers m’a permis d’identifier avec certitude la provenance mâconnaise des doubles tournois, c’est mince mais c’est déjà une chance que ce soit possible (comparez les lis du blanc ci-dessus et du double ci-dessous).

Mâcon 1389 double tournois au nom de Charles VI (1gr31) – coll de l’auteur

En conclusion :

Le trop petit nombre de monnaies retrouvées et leur état très moyen, ne permettent cependant pas de proposer une étude sérieuse sur le type, mais j’en profite pour vous inciter à vous intéresser de près à ces monnaies pour les ateliers qui ont votre attention. Plus nous sommes nombreux à chercher, et à étudier et publier, plus la connaissance progresse, et plus l’intérêt des simples collectionneurs sera grand pour ces petites.

sources : collection de l’auteur

.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Atelier monetaire de Macon, Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies de Macon, Questions - Reponses, Technique et metaux, Tresors et decouvertes · Mots-Clés: , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

trois × 4 =