Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Billets de la Chambre de Commerce de Macon, Commemoration Grande Guerre, Histoire locale, Monnaies de Macon » Les billets des Chambres de Commerce de Mâcon et de Bourg (1915-1926) – 3ème partie

Les billets des Chambres de Commerce de Mâcon et de Bourg (1915-1926) – 3ème partie

Par Gilles MARCHAND

3- La numérotation des coupures de la troisième émission (version corrigée)

Le Ministre du Commerce donne son adhésion au projet de la 3ème émission le 2 juillet 1916. Aussitôt, l’impression est lancée à hauteur de 700.000 coupures de 1 franc (600.000 coupures destinées à la circulation et 100.000 destinées au remplacement des coupures usagées) et de 500.000 coupures de 50 centimes (400.000 pour la circulation immédiate et 100.000 coupures de remplacement). Les coupures destinées à la circulation seront remises à la Banque de France en deux temps : le 1er septembre pour les 1 franc et le 13 septembre pour les 50 centimes.

Revers 1 franc 3ème émission (coll. privée)

Revers 1 franc 3ème émission (coll. privée)

Sans attendre l’autorisation pour cette 3ème émission, un bureau de la Chambre de commerce avait été mandaté pour solutionner la question du numérotage des nouveaux billets.

Quel était le problème ? Les archives de l’époque restent muettes sur le problème de numérotation évoqué lors d’une réunion qui s’était tenue le 6 juin 1916 à la Chambre de commerce de Mâcon. Seule l’étude des lettres et numéros de série des billets et leur comparaison par rapport aux quantités imprimées nous laisse entrevoir aujourd’hui cet embarras et la solution trouvée à l’époque.

50 Centimes 3ème émission (coll. privée)

50 Centimes 3ème émission (coll. privée)

De toute évidence ce problème ne concernait pas les billets de 50 centimes. En effet, seule la deuxième émission comportait des coupures de cette valeur et la numérotation de la troisième émission sera le prolongement de la précédente. Ainsi, les coupures réalisées lors de cette troisième émission ne comportent pas de lettre de série.

Par contre, il n’en est pas de même pour celles de 1 franc. Au cours des deux premières émissions 1.100.000 coupures avaient été autorisées pour les deux Chambres. En effet, 600.000 coupures avaient été autorisées lors de la première émission (500.000 coupures destinées à la circulation immédiate et 100.000 coupures destinées au remplacement des coupures usagées). La deuxième émission, qui ne comprenait pas de coupures de remplacement, s’élevait à 500.000 coupures.

L’existence d’une demi planche numérotée permet de comprendre le système de numérotation utilisé pour la première émission. Les premières planches réalisées comprenaient chacune 42 coupures réparties sur 6 colonnes et 7 lignes. Ainsi, pour réaliser les 600.000 coupures, 14.300 planches ont été nécessaires. Ce nombre se vérifie en observant les numéro imprimés sur la demi planche retrouvée. En effet, les billets sont numérotés planche par planche en incrémentant de 1 les numéros à chaque changement de planche. Ainsi, le billet de la première ligne de la première colonne de la première planche porte le numéro 1, celui de la deuxième planche le numéro 2. Pour tenir compte du nombre de planches à imprimer et éviter les doublons, les billets imprimés sur une même planche sont séparés d’un pas de 14.300 correspondant au nombre de planche à imprimer. Pour confectionner la première émission, 600.600 coupures ont donc été imprimées.

En appliquant le même principe à la deuxième émission, 12.000 planches auraient été imprimées et le nombre de coupures produite serait de 504.000. Au total 1.104.600 coupures ont ainsi été réalisées et numérotées. Compte tenu des planches et billets prélevés pour procéder au contrôle qualité (la demi planche retrouvée est la preuve de cette opération), des coupures portant un numéro supérieur à 1.100.000 ont obligatoirement été mises en circulation, les autres ayant été détruites pour ne pas dépasser le quota autorisé de 1.100.000.

La réglementation publiée au Journal Officiel du 15 août 1914 imposant que les numéros d’ordre des bons doivent former une série ininterrompue par catégorie de coupures, la seule solution pour éviter de rompre la numérotation continue était de créer une nouvelle série.

Avers 1 franc 3ème émission (coll. privée)

Avers 1 franc 3ème émission (coll. privée)

Ainsi les 700.000 nouvelles coupures de 1 franc de la troisième émission porteront la lettre de série B Aucune coupure de 50 centimes ne sera imprimée avec cette lettre de série.

Pour éviter tout nouveau problème de numérotation, chaque nouvelle émission portera une lettre de série différente.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Billets de la Chambre de Commerce de Macon, Commemoration Grande Guerre, Histoire locale, Monnaies de Macon · Mots-Clés: , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

19 − dix-sept =