Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Alexandre Morlon, Médailles, Technique et metaux, Une monnaie une histoire » Albert Caquot : Une des dernières médailles d’Alexandre Morlon en 1947

Albert Caquot : Une des dernières médailles d’Alexandre Morlon en 1947

par gilles Marchand

Pour une de ses dernières médailles (si ce n’est la dernière), Alexandre Morlon honore un des plus grands ingénieurs français de tous les temps.

Albert Caquot (1881-1976) était un précurseur et un visionnaire qui s’est illustré dans les domaines de la construction aéronautique, et du génie civil.

Il a à son actif plus de 300 ponts et barrages dont certains établissent des records. On lui doit, entre autres, (pour citer un monument mondialement connu) la réalisation de la structure interne en béton du Christ rédempteur sur le Corcovado à Rio de Janeiro.          

L’aéronautique lui doit aussi durant la première guerre mondiale la conception d’un ballon captif permettant l’observation de l’activité ennemie même par un vent important. Ces ballons seront utilisés par les armées alliées au cours des deux conflits mondiaux et permettaient de protéger leurs navires en assurant l’observation aérienne des sous-marins allemands à une époque où radars et sonars n’existaient pas encore.

Albert Caquot enseignait aussi dans les écoles nationales supérieures des Mines, des Ponts et Chaussées et de l’Aéronautique.

Résumer l’ensemble des réalisations de cet homme en quelques lignes est impossible et une visite de la page qui lui est consacrée sur le site Wikipédia ou la lecture du bulletin 28 de la SABIX (Société des Amis de la Bibliothèque et de l’Histoire de l’École Polytechnique) permet d’avoir une vision plus complète de l’étendue des travaux de cet ingénieur hors normes.

Comme il est indiqué le bulletin de la SABIX, le revers de la médaille réalisée par Alexandre Morlon illustre quelques-unes des réalisations marquantes d’Albert Caquot :

• Le ballon captif conçu par Albert Caquot en 1915 et qui permettait, même par un vent de 90km/h, l’observation des mouvements ennemis grâce à une grande stabilité ;

• Le pont de la Caille qui enjambe sur 140 mètres le torrent des Usses en Haute-Savoie construit en béton entre 1924 et 1928 ;

• Le treuil conçu par Albert Caquot pour manœuvrer les ballons et qui permettait de les embarquer sur les navires alliés et de leur faire supporter des bourrasques de vent de 125 km/h ;

• Un hangar aéronautique : Albert Caquot est l’inventeur d’un hangar à double auvent dans les années 1930 ;

• enfin la légende “A / NOTRE MAITRE / SES ÉLÈVES / SES AMIS / 1947” rappelle son activité d’enseignement dans de prestigieuses écoles.

Pour Alexandre Morlon, le revers de ses médailles avait autant d’importance que l’avers. Il le complétait en documentant des principales réalisations des hommes qu’elles célébraient. C’est une constante qui se retrouve tout au long de sa carrière et cette médaille de 1947 ne fait pas exception à cette règle.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Alexandre Morlon, Médailles, Technique et metaux, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

dix − 3 =