Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Tresors et decouvertes, Une monnaie une histoire » Note sur les monnaies découvertes à Tramayes

Note sur les monnaies découvertes à Tramayes

Par Jacques Grelu

 Cet article de M GRELU complete celui sur la découverte des monnaies faite à Tramayes. Il émet une hypothèse concernant le trajet de ces monnaies de leur atelier d’origine à leur lieu de découverte.

Monnaie d’HONORIUS

En complément, je note qu’il s’agit de l’atelier émetteur d’Heraklea (Thracica). L’exergue se lit SMHA, soit « Sacra moneta Heraklea »(Officine A, il y en avait une seconde de temps à autre). Selon le Late roman bronze coinage, il s’agit du N° 1986 que les auteurs datent de la fin du règne commun entre Théodose et ses fils (395). Ces beaux produits orientaux ne circulaient plus en Occident, où l’on ne rencontre que les émissions des ateliers gaulois et italiens. La découverte d’un AE2 de cet atelier oriental en Beaujolais est déjà étonnante.

 

Monnaie deMaurice Tibère

La description est correcte. On a retrouvé des monnaies de cet empereur dans les produits des quêtes d’une paroisse bretonne littorale. Chaque semaine, le brave curé trouvait un décanummion mélangé aux offrandes habituelles. Il finit par solliciter uneexpertise qui débouche sur l’identification de « byzantines » ramassées de façon anonyme sur les plages (sans doute un naufrage). Ces faits ont été relatés il y a unetrentaine d’années dans un vieux bulletin de la SFN que je n’ai pas pu retrouver, trois fois hélas. Nous savons que des navires byzantins ou nordiques contournaient l’Europe dans le cadre d’échanges avec les Vikings (qui ont abondamment imité les émissions byzantines). Par ailleurs, nous constatons également que les empereurs byzantins ont été« portraitifiés » à Marseille au moins jusqu’à FOCAS, parce que le célèbre port entretenait des échanges étroits avec Constantinople :

Monnaie deMaurice Tibere (Collection privée)

Par contre, le bronze byzantin n’a jamais été émis en Gaule mérovingienne et les monnaies byzantines tardives de Marseille ne servaient que pour les échanges avec l’Orient. La découverte de cet AE3 byzantin à Tramayes reste donc exceptionnelle… Si ces monnaies n’ont pas été déposées ou perdues accidentellement à une période récente, je ne peux expliquer la présence de M.  Tibère qu’à l’occasion du raid des Berbères sur Autun peu de temps avant la bataille dePoitiers. Ce follis aurait donc traîné un siècle et demi le long des côtes africaines avant de venir se perdre en Beaujolais (à condition de prouver l’existence d’un itinéraire antique à Tramayes bien sûr).

www.pdf24.org    Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Tresors et decouvertes, Une monnaie une histoire

Laisser un commentaire

*

trois × quatre =