Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Billets de la Chambre de Commerce de Macon, Commemoration Grande Guerre, Histoire locale, Monnaies de Macon » Les billets des Chambres de Commerce de Mâcon et de Bourg (1915-1926) – 10ème partie

Les billets des Chambres de Commerce de Mâcon et de Bourg (1915-1926) – 10ème partie

par Gilles Marchand

10 – L’arrivée laborieuse des jetons métalliques des Chambres de Commerce :

Prévus depuis 1920, les jetons en bronze d’aluminium “Bon pour 1 franc, 2 francs et 50 centimes” et portant la mention “Chambres de Commerce de France” n’ont pas encore fait leur apparition en province deux ans plus tard.

Monnaies "Chambres de commerce"

Monnaies “Chambres de commerce”

Au début de l’année 1922, la frappe de la monnaie avoisine 8 millions de jetons par mois alors que 300 millions de coupures restent à remplacer sur l’ensemble du territoire français. Les quantités de monnaies frappées en 1920 et 1921 ne sont que de 8.691.867 pour les pièces de 50 centimes, 55.162.008 pour celles de 1 franc, et 14.362.786 pour les deux francs.

A ce rythme, le remplacement intégral des coupures des Chambres de Commerce risque de prendre encore plusieurs années et obliger les Chambres à procéder à de nouvelles émissions de remplacement.

Le Ministre des Finances déclare lui-même le 23 janvier 1922 que la distribution des jetons métalliques ne pourra être étendue à la province qu’au moment où l’Administration des Monnaies sera en mesure de développer ses moyens de production.

Prenant acte de ces difficultés, l’assemblée des Présidents des Chambres de commerce demande le 7 mars au Ministre des Finances de confier la fabrication des jetons à l’industrie et qu’ils soient livrés aux Chambres de commerce au fur et à mesure de leur fabrication.

Hotel des Monnaies (CPA)

Hotel des Monnaies (CPA)

En réponse le Ministre évoque les risques liés à la contrefaçon pour justifier sa décision de confier l’intégralité de la frappe des jetons en bronze d’aluminium à l’administration des monnaies.

Cependant, afin d’augmenter les quantités frappées, un atelier annexe est installé à Vincennes, et il est aussi prévu d’utiliser un atelier appartenant à la Société d’Electro-Métallurgie de Dives. Par contre, le Ministre n’exclut pas de faire appel à l’industrie privée pour une partie des monnaies de nickel. Ainsi, il escompte atteindre une production mensuelle de 20 millions de francs qui permettrait d’étendre au plus vite la circulation des nouvelles pièces à la province.

Compte tenu du nombre très important de coupures à remplacer et de la quantité de monnaies frappées, l’Assemblée des présidents des Chambres de commerce renouvelle alors sa demande pour que la distribution de jetons métalliques soit étendue d’urgence à la province, et repartie entre chaque Chambre.

Ce n’est qu’à partir de juillet que la frappe atteint enfin un total de 20 millions de francs par mois. Devant l’insistance des Chambres de commerce, une répartition est enfin prévue mensuellement. Elle est cependant conditionnée à la constitution d’une réserve de 40 millions et à l’approvisionnement préalable de la région parisienne.

Dans un même temps, le Ministre accorde définitivement le bénéfice engendré par leurs émissions aux différentes Chambres de commerce, mais il les rend solidaires des pertes que pourrait occasionner la reprise de fausses coupures.

La mise en circulation des jetons de bronze aluminium, sur l’ensemble du territoire, débute enfin le 15 novembre 1922.

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Billets de la Chambre de Commerce de Macon, Commemoration Grande Guerre, Histoire locale, Monnaies de Macon · Mots-Clés: , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

seize − trois =