Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Alexandre Morlon, Commemoration Grande Guerre, Médailles » La “Batailles des Flandres” d’Alexandre Morlon (partie 1/2)

La “Batailles des Flandres” d’Alexandre Morlon (partie 1/2)

par Gilles Marchand

1- Les batailles :

Batailles des Flandres par A. Morlon - Revers

Batailles des Flandres par A. Morlon – Revers

Cette médaille d’Alexandre Morlon, réalisée en 1937, résonne des noms des champs de batailles qui ont marqué à jamais les armées belges, britanniques et françaises.

Tout commence par la bataille de l’Yser qui se déroule du 17 au 31 octobre 1914. Les troupes allemandes sont lancées dans “la course à la mer” destinée à atteindre les ports de la Manche (dont le principal Dunkerque est distant de moins de 50 km d’Ypres) que les britanniques utilisaient comme tête de pont. Elles sont ralenties par les armées belges à Gand dans un premier temps puis sur les rives de l’Yser par les troupes belges, françaises et britanniques. L’ordre est donné de tenir à tout prix : «La ligne de l’Yser constitue notre dernière ligne de défense en Belgique et sa conservation est nécessaire pour le développement du plan général des opérations. Cette ligne sera donc tenue à tout prix».

Batailles des Flandres - InondationsAprès plusieurs semaines de combats, l’avancée des troupes allemandes sera finalement stoppée par l’inondation des terres situées, dans cette zone, en dessous du niveau de la mer.

Un à deux mètres d’eau recouvrira les terres sur une largeur de deux à trois kilomètres entre le fleuve et la voie de chemin de fer Dixmude-Nieuport rendant ainsi toute attaque impossible.

.

Ypres, fut le théâtre sanglant de quatre batailles durant la Grande Guerre. La première bataille d’Ypres du 29 octobre au 24 novembre 1914 est aussi appelée “bataille des Flandres”. Malgré une supériorité numérique, les allemands, qui venaient de traverser la Belgique, ne parvinrent pas à percer cette dernière ligne défendue âprement par les belges, les britanniques et les français.

La deuxième bataille d’Ypres eut lieu du 20 avril au 24 mai 1915. C’est au cours de cette bataille que les allemand utilisèrent pour la première fois le 22 avril des gaz toxiques (chlore) pour appuyer leurs assauts. Au cours de cette deuxième bataille d’Ypres, les pertes humaines  s’élevèrent à 58.000 hommes pour les britanniques, à 35.000 pour les allemands et à 10.000 pour les français. A la fin de cette bataille, les troupes britanniques n’avaient reculé que de 5 km.

Batailles-des-Flandres - Le quotidien et la boueLa troisième bataille d’Ypres (du 31 juillet au 6 novembre 1917) est aussi appelée bataille de Passchendaele. Lancée le 31 juillet, l’offensive britannique dans les Flandres avait pour objectif de chasser les Allemands des ports essentiels de la Manche et de détruire les bases des U-boots sur la côte. Mais la pluie et les tirs d’obus incessants réduisirent le champ de bataille à un immense bourbier, parsemé de corps et de trous d’obus, où l’attaque se retrouva paralysée. Après des mois de combat, les troupes allemandes tenaient toujours avec opiniâtreté la crête de Passchendaele (texte du Musée canadien de la guerre). Une nouvelle offensive débuta le 20 septembre. Quatre divisions (dont deux australiennes) se lancèrent à l’attaque sur un front de 6 km. La progression fut pénible et les Allemands utilisent pour la première fois du gaz moutarde qui sera baptisé Ypérite du nom de la ville d’Ypres. Une dernière attaque sera lancée le 6 novembre par le corps canadien. Elle permettra d’atteindre les hautes terres surplombant Ypres.

Batailles des Flandres - Image du frontLa bataille de Passchendale permis de faire progresser le front de 8 km au prix de pertes (morts, blessés et disparus) très importantes d’un coté et de l’autre du front (300.000 britanniques, 8.500 français, 4.000 canadiens et 260.000 allemands).

La quatrième bataille d’Ypres eu lieu du 9 avril au 29 avril 1918 (bataille de la Lys). Une offensive allemande destinée à atteindre Amiens et Dunkerque sera stoppée et cette dernière bataille d’Ypres s’achèvera sans que l’armée allemande du front nord puisse atteindre son objectif.

Batailles des Flandres - Explosion d'une minePour sa part, Messines fut le lieu de nombreux combats dès le 12 octobre 1914. Ils sont restés tristement célèbres par la “guerre des mines” qui débuta en 1916.

Le point culminant de cette guerre des mines eu lieu le 7 juin 1917 au matin. Les artificiers britanniques déclenchèrent simultanément 25 mines disposées sous les positions allemandes. (19 des 25 mines ont explosé représentant plus de 430 tonnes d’explosifs).

La ville de Messines fut complètement détruite en 1917.

—–

Cet article a été réalisé grâce aux précieuses informations des sites suivants :

Wikipedia – Bataille_de_Passchendaele

http://souterrains.vestiges.free.fr/spip.php?article52

http://www.museedelaguerre.ca/premiereguerremondiale/histoire/batailles-et-combats/batailles-terrestres/passchendaele/

 

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Alexandre Morlon, Commemoration Grande Guerre, Médailles · Mots-Clés: , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

dix + treize =