Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Alexandre Morlon, Commemoration Grande Guerre, Médailles » La “Batailles des Flandres” d’Alexandre Morlon (partie 2/2)

La “Batailles des Flandres” d’Alexandre Morlon (partie 2/2)

par Gilles Marchand

Cette médaille fut commandée à Alexandre Morlon par la monnaie de Paris en décembre 1936. Les premières frappes furent présentées en juin ou juillet 1937. En effet, dans un courrier à la Monnaie du 9 juillet 1937, l’ambassadeur de Belgique mentionne “la superbe médaille évoquant la bataille des Flandres”.

Batailles des Flandres (bronze - MdP - 59mm)

Batailles des Flandres (bronze – MdP – 59mm)

Outre l’évocation des lieux où se sont déroulés les combats des batailles des Flandres, le revers présente les armes des Flandres (D’or, au lion de sable (noir) rampant, armé et lampassé de gueules (griffes et langue rouges)) entre une branche de laurier (symbolisant la victoire) et une de chêne (pour la force et l’endurance).

A l’avers, les trois allégories symbolisant la France, la Belgique et la Grande Bretagne, unies dans la défense contre l’envahisseur allemand furent l’objet d’une polémique lors de sa commercialisation.

Le général Degoutte, qui fut, entre autres, chargé de rédiger les clauses du Traité de Versailles critiqua cette représentation en regrettant “l’absence d’une tête représentant l’Amérique présente en 1918 par 2 divisions” (courrier du 24 juillet 1937). Il ajoutait que “Les anciens combattants de ces deux divisions et peut être d’autres auraient volontiers acquis cette médaille si une quatrième effigie y avait été gravée et j’aurais pu apporter à votre administration un concours vraiment efficace à sa diffusion…”.

Il est vrai que les forces américaines, par le nombre de soldats et la logistique arrivant sur le front à partir de 1917, ont permis de renforcer les armées alliées à un moment ou l’Allemagne disposait des troupes rapatriées du front de l’est suite à la paix de Brest-Litovsk (le traité de Brest-Litovsk, signé le 3 mars 1918, conclut la paix entre l’Empire allemand et la Russie soviétique). Les dernières offensives allemandes de 1918 n’ont pu être brisées que par cet apport essentiel.

La critique du général Degoutte présente un argument commercial. En effet, il est très possible que certains anciens combattants du nouveau monde aient pu acquérir cette médaille mais durant des trois premières années de guerre (1914-1917) l’essentiel des combats reposa sur les seules troupes belges (qui se battaient sur leurs terres), britanniques (Royaume uni et dépendances) et françaises. Ce sont elles qui subirent des pertes effroyables, souvent pour quelques mètres de terrain et vécurent dans la boue des tranchées durant ces longues années.

Batailles des Flandres par A. Morlon - Avers

Batailles des Flandres par A. Morlon – Avers

Par ailleurs, il aurait été historiquement difficile à Alexandre Morlon de représenter l’Amérique avec une quatrième guerrière celte portant épée et bouclier ! Ces allégories, de la même veine des “Gallia” ou “Aux armes” d’avant guerre réalisées par Alexandre Morlon, représentent des guerrières antiques absentes de l’histoire du nouveau monde.

Pour finir, la création de cette médaille date de 1936 à un moment où les bruits de bottes de l’Allemagne nazie résonnaient en Europe menaçant une nouvelle fois ces trois pays. Les lois sur la neutralité américaine (dont la loi sur la neutralité du 20 février 1936 qui interdisait tous prêts ou crédits aux belligérants) laissaient l’Europe seule devant la montée de nazisme et les velléités de revanche de l’Allemagne.

Tout laisse donc à penser que la réalisation d’Alexandre Morlon correspond à une demande précise de la Monnaie. En effet, cette médaille répond à deux objectifs distincts, l’un historique et l’autre politique. Elle remplit parfaitement ses objectifs en rendant (au revers) sobrement hommage, par le simple énoncé des batailles, aux combattants qui vécurent l’enfer dans les plaines des Flandres et en signifiant (à l’avers) au grand public que la Belgique, l’Angleterre et la France constitueront un bloc uni contre toute nouvelle agression de l’Allemagne comme elles l’avaient fait 30 ans plus tôt.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Alexandre Morlon, Commemoration Grande Guerre, Médailles · Mots-Clés: , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

5 × deux =