Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies d'ailleurs, Monnaies de Cuisery, Questions - Reponses, Technique et metaux, Tresors et decouvertes, Une monnaie une histoire » Des gros dits «florettes» ducaux inédits frappés au nom de Charles VI à Chalon-sur-Saône en 1419 – partie 7 (fin)

Des gros dits «florettes» ducaux inédits frappés au nom de Charles VI à Chalon-sur-Saône en 1419 – partie 7 (fin)

par Oleg

BOURG24CLbis-fauté2 (FDD non référencée)

Descriptif : idem BOURG24CLbis-fauté1 sauf revers légende fautive BeneDICTVn avec une « n » onciale finale.

X kΛṚ0LVS : FRΛnC0RVn : ReX  // X SIT : n0me : DnI : BeneDICTVn

chalon-s-s_1419-06_charlesvi_florette-bg24lbisf2-2g87_jean-sans-peur-pour-isabeau_coll-oleg

BOURG24CLbis-fauté2 Exemplaire de la collection Oleg4 (2g87)

Presque tous les exemplaires retrouvés portent le même défaut de gravure dans les couronnelles, et certains poinçons de lettre se retrouvent aussi bien sur les florettes de Chalon-sur-Saône et que sur celles jusqu’alors prétendues d’Amiens, comme la « S » de SIT au revers qui, sur l’exemplaire BOURG24CL-fauté1 illustré ci-avant et la BOURG24CLbis-fauté2 ci-dessus, sont parfaitement identiques, et sont l’œuvre d’un même matériel. Les mêmes légendes fautives se retrouvent sur les monnayages contemporains des deux ateliers de Saint Laurent-lès-Chalon au nom du Duc, et de Chalon-sur-Saône au nom du Roi, cela ne peut être une simple coïncidence, et prouve l’origine bourguignonne « cuisero-laurencienne » commune de toutes ces émissions de florettes. Les coins sont donc bien de la main des graveurs des Monnaies de Cuisery et Saint Laurent-lès-Chalon, et, ces forettes furent donc bel et bien produites en l’atelier de Chalon-sur-Saône.

La marque secrète des exemplaires BOURG24CLbis :

Quant à l’annelet secret sous la première lettre du deuxième mot de la légende d’avers, marque avérée des ateliers de Saint Laurent-lès-Chalon et Chalon-sur-Saône pour cette période, il est absent des exemplaires BOURG24CLbis, et remplacé par un petit point dans les jambages de la « R » 3ème de kAR0LVS à l’avers seulement.

Ce point ne désigne aucunement un atelier. Il s’agit en fait d’un point désignant une émission extraordinaire, c’est-à-dire une émission supplémentaire réalisée hors cota, et je pense qu’il faut y lire la marque distinctive de la délivrance exécutée pour couvrir la ligne de crédit octroyée par le Duc de Bourgogne Jean-sans-Peur à la Reine Isabeau de Bavière, en résidence à Amiens.

Le choix de l’emplacement du point dans la légende n’est pas anodin, et comme nous l’avons déjà relevé pour le point contre-signal 6ème au revers des émissions mâconnaises de florettes BG22bis et ter, frappées au profit de la Duchesse Marguerite de Bavière, sa signification devrait être appréhendée comme suit ; tout d’abord la lettre « R » choisie est celle de kAR0LVS, la première de la légende, et non pas une des « R » de FRAnC0RVn, car Isabeau est l’épouse du Roi Charles VI et, ensuite, le choix de la lettre « R » pour « Régina » (Reine ou Régente).

Ainsi, il faut donc comprendre dans l’apposition de ce point secret sur ces florettes BOURG24CLbis :

« Gros émis au profit de la Reine Isabeau de Bavière, Régente au nom de son époux Charles Roi des Francs ».

La vue de ces éléments, nous conforte dans l’idée que nous avons à faire à une production de florettes réalisées pour le compte de la Reine résidant à Amiens, mais forgées par les employés des Monnaies de Cuisery et de Saint Laurent-lès-Chalon, dans l’Hôtel de la Monnaie de Chalon-sur-Saône, alors sous contrôle bourguignon.

La frappe fut de très courte durée et volume émis de faible quantité, puisque cette délivrance fut produite en parallèle avec l’émission BOURG24CL dans un délai de 6 semaines, ce qui explique aujourd’hui le petit nombre d’exemplaires retrouvés (six à ce jour toutes variantes confondues, dont deux en collection publique), reliquat qui nous donne une indication concrète sur de la rareté réelle de ce monnayage.

Récapitulatif des premières émissions de florettes ducales chalonnaises au nom de Charles VI :

Le classement chronologique et quantitatif des exemplaires retrouvés s’établie comme suit :

1/- BOURG24CL-fauté1 (FDD inédit non référencé).…………..: unique, Lemaire

2/- BOURG24CLbis-fauté1 (FDD inédit non référencé).……….: 2 ex retrouvés, BNF, Lemaire

3/- BOURG24CLbis-fauté1-variété (FDD inédit non référencé) : unique, musées de Cherbourg-Octeville

4/- BOURG24CLbis-fauté2 (FDD inédit non référencé)….……..: 2 ex retrouvés, Oleg, Sciau

5/- BOURG25CL-fauté1 (FDD inédit non référencé)……………: unique, Fournier

6/- BOURG25CL-fauté2 (FDD inédit non référencé)……………: unique, Siwarski

7/- BOURG25D (FDD 18-4-4) à partir de cette référence il faut suivre l’ouvrage de Françoise Dumas-Dubourg2.

Une énygme résolue mais une affaire qui reste à suivre :

Apres une longue réflexion à quatre6 sur le sujet, nous pouvons affirmer que les archives royales de Charles VI ne mentionnent pas l’existence d’un atelier monétaire à Amiens à cette période, et nous sommes tous quatre6 convaincus qu’il s’agit là d’une émission du Duc de Bourgogne Jean-sans-Peur, frappée au type « cuisero-laurencien », à Chalon-sur-Saône, pour le compte et le profit de la Reine Isabeau, afin de couvrir la ligne de crédit, que le Duc de Bourgogne lui avait accordée, pour subvenir aux besoins de sa cour d’Amiens.

Nous6 réfutons donc définitivement l’attribution de ces exemplaires à l’atelier de la baie de Somme, et mettons en doute même le fait que des florettes aient pu être forgées à Amiens, et si tel avait été le cas, elles ne nous sont toujours pas connues à ce jour.

Sources :

1 / – « La monnaie royale depuis la réforme de Charles V jusqu’à la restauration monétaire par Charles VII », 1ére partie, A. Dieudonné, Bibliothèque de l’école des chartes. 1911, tome 72. pp. 473-499.

2 / – « Le Monnayage des Ducs de Bourgogne », Françoise Dumas-Dubourg 1988, pages 224 à 227 et planche XII

3 / – «Deux gros dits «florettes» ducaux inédits au nom de Charles VI frappés en 1419 à Chalon-sur-Saône », Oleg, numismatique-en-maconnais.fr

4 / – Collections privées : Dominique Lemaire, et Oleg.

5 / – Collection publique : Musées de Cherbourg/Octeville, monnaie n° 326 du médailler de la Bibliothèque Jacques Prévert.

6 / – Remerciements sincères pour leur précieuse et gracieuse collaboration à mesdames Louise Le Gall et Barbara Hirard des Musées et de la Bibliothèque Jacques Prévert de Cherbourg-Octeville, et à  messieurs : Dominique Lemaire (spécialiste des florettes), Gérard Siwarski (spécialiste du monnayage de Charles VI) et Jacques Fournier (spécialiste de l’atelier d’Amiens)

 

Pensez à visiter le forum de l’ACNRF : http://acnrf.forumperso.com/

PDF24    Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies d'ailleurs, Monnaies de Cuisery, Questions - Reponses, Technique et metaux, Tresors et decouvertes, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

12 − 2 =