Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Alexandre Morlon, Commemoration Grande Guerre, Documents d'archives, Une monnaie une histoire » Les Tanks : Une médaille d’Alexandre Morlon réalisée en 1918

Les Tanks : Une médaille d’Alexandre Morlon réalisée en 1918

par gilles Marchand

Cette médaille a été commandée à Alexandre Morlon par l’administration des monnaies et médailles en décembre 1917 alors qu’il était officiellement affecté au 19ème escadron du train depuis le 28 novembre 1917 et venait de quitter la zone des combats le 16 novembre.

Il est très probable qu’il s’agissait d’une affectation établie pour lui permettre de reprendre son activité de graveur tout en étant sous les drapeaux et d’utiliser ses qualités artistiques au service de la France pour réaliser des médailles de propagande. En effet, les messages véhiculés par les médailles (de la même façon que les articles publiés dans la presse) contribuaient à maintenir la confiance en la victoire finale. Il est aussi possible qu’Alexandre Morlon avait conservé cette activité tout au long de la guerre.  La médaille “Aviation” qu’il a réalisée en 1916 ou 1917 en serait la preuve.

Les Tanks (Médaille d'Alexandre Morlon éditée en 1918)

Les Tanks (Médaille d’Alexandre Morlon éditée en 1918)

Afin de réaliser cette médaille, la Monnaie demanda au ministère de l’armement la photographie d’un char. En retour, Alexandre Morlon fut autorisé en janvier 1918 à venir photographier un des tanks employés par l’armée française au centre d’artillerie d’assaut de Cercottes. La photographie prise par Alexandre Morlon figure encore dans les archives de l’administration des monnaies et médailles.

Le char photographié est la deuxième version du char Saint Chamond (M2) doté d’un canon de 75mm et de quatre mitrailleuses Hotchkiss. Les chars Saint Chamond ont été fabriqués à 400 exemplaires en 1917 et 1918 dans les ateliers de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt située à Saint-Chamond dans le département de la Loire (le logo de cette entreprise figure sur une variante de cette médaille datant de l’entre deux guerres). Du fait de son poids rendant son utilisation périlleuse sur les terrains ravagés par les tirs d’artillerie (toute la ligne de front était alors ravagée par plusieurs années de combats et de tirs d’artillerie ! ndr), il fut abandonné au profit des chars légers Renault FT. Son utilité fut néanmoins démontrée à la reprise de la guerre de mouvement en 1918 où il servit de transport de troupes et d’artillerie autoportée. (source http://rbmn.free.fr/PL_Char_StChamond_1917.html)

Malgré la guerre, Alexandre Morlon n’avait rien perdu de sa capacité à reproduire fidèlement ses modèles. La finesse des détails et la précision de la gravure sont même poussées à l’extrême. La comparaison entre la médaille et le modèle (cette photo n’est toutefois pas celle prise par Alexandre Morlon) en est la preuve.

Médaille "Les Tanks" - Avers

Médaille “Les Tanks” – Avers

Char Saint Chamond M2

Char Saint Chamond M2

On peut cependant noter que contrairement à toutes les médailles réalisées jusqu’alors, Alexandre Morlon déroge au principe de l’allégorie cuirassée. En effet, la guerrière accompagnant le char dans son assaut face à l’ennemi dévoile sa poitrine nue.

On peut imaginer que la symbolique serait que le blindage du char protège la France contre l’ennemi. Le contraste entre la France vulnérable et la protection offerte par la cuirasse du char servait ainsi à mettre en valeur cette nouvelle arme qui devait enfin mettre un terme à quatre années de guerre.

Cette médaille fut commercialisée par l’Administration des Monnaies et Médaille à la fin du 1er semestre 1918. Six mois plus tard, l’armistice était signé dans la clairière de Rethondes.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Alexandre Morlon, Commemoration Grande Guerre, Documents d'archives, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

dix-sept + 6 =