Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Assignats de Mâcon, Documents d'archives, Histoire locale, Monnaies de Macon, Une monnaie une histoire » Les billets de confiance émis par la municipalité de Mâcon en 1792 (Partie 1)

Les billets de confiance émis par la municipalité de Mâcon en 1792 (Partie 1)

par Gilles Marchand

1- Le contexte historique

Paris, juillet 1789

Deux mois se sont écoulés depuis l’ouverture des états généraux le 5 mai. Convoqués pour résoudre la situation financière catastrophique du Royaume dont le déficit n’a cessé de croître depuis le règne de Louis XIV et qui s’est aggravé avec la participation à la guerre d’indépendance américaine, les représentants des trois ordres ont fait serment le 20 juin dans la salle du jeu de paume de doter la France d’une constitution.

Serment du Jeu de Paume (par David)

Serment du Jeu de Paume (par David)

L’accord commercial passé quelques années plus tôt avec l’Angleterre a mis en difficulté l’industrie française concurrencée par l’industrie anglaise qui en tire profit. La mauvaise récolte de 1788, qui ne suffit pas pour nourrir la population, oblige à importer du blé de l’étranger et l’hiver 88-89 a amené neige et gel dès le mois de novembre.

Médaille Prise de la Bastille (médaille cuivre - 42,5 mm - 41,95 g)

Médaille Prise de la Bastille (médaille cuivre – 42,5 mm – 41,95 g)

La faim, la misère, le rejet régime seigneurial sont les causes principales de la prise de la Bastille qui marqua dans les mémoires le début de la révolution.

Loin des tumultes parisiens et de l’effervescence politique des États Généraux, le mâconnais est aussi traversé par de graves troubles. L’hiver avait été si rude qu’une partie du vignoble, qui représentait l’essentiel de son économie, avait été détruit, privant de travail nombre de journaliers agricoles, compagnons ou manœuvres alors que le prix du grain ne cessait de croître.

Les ouvriers doivent consacrer prés de 90 % de leur salaire pour nourrir leur famille. Les moyens de subsistance font défaut et une grande partie du peuple est plongé dans la misère.

Révoltes et actes de brigandage (juillet-aout 1789)

Révoltes et actes de brigandage (juillet-aout 1789)

Dans les campagnes mâconnaises, des bandes de brigands, composées de vignerons et de cultivateurs avec leur femmes, de domestiques et de servantes sèment le trouble.

La peur des violences et des pillages gagne la population, des châteaux sont ravagés ou incendiés comme ceux de Lugny le 27 juillet et celui de Senozan le lendemain. Les châtelains se sont réfugiés dans leurs hôtels particuliers à Mâcon et les milices s’organisent pour défendre les villes et mettre fin aux exactions.

Le calme ne reviendra qu’à partir du mois d’août.

PDF24    Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Assignats de Mâcon, Documents d'archives, Histoire locale, Monnaies de Macon, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

dix-sept + 2 =