Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Lamartine, Médailles, Une monnaie une histoire » Méditations numismatiques

Méditations numismatiques

par Gilles Marchand

Lamartine - Oeuvres poétiques - Avers

Lamartine – Œuvres poétiques – Avers

 » Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices,
Suspendez votre cours !
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !  »

Ces quelques vers tirés du poème « Le Lac » d’Alphonse de Lamartine, nous entrainent à méditer sur le temps qui passe, qui fuit en permanence devant nous, qui marque de sa patine monnaies et médailles.

Pourtant, ces objets métalliques défient le temps et le traversent (avec plus ou moins de bonheur) pour parvenir jusqu’à nous, humbles dépositaires éphémères de ces trésors matériels qui poursuivront leur voyage dans le temps et l’espace après nous.

Monnaies et médailles portent sur elles les traces d’un temps révolu où elles servaient aux échanges ou à commémorer un homme ou un évènement. Un peu grâce à nous, numismates et serviteurs du temps,  ces messages parviendront aux générations futures.

Lamartine - Oeuvres poétiques - Revers

Lamartine – Oeuvres poétiques – Revers

C’est une médaille à l’effigie d’Alphone de Lamartine qui m’a porté à cette méditation, clin d’œil à son œuvre « Méditations poétiques » d’où est issu le poème « Le Lac ».

Cette médaille porte à son avers le buste de cet illustre mâconnais et au revers, les principales œuvres qui ont rendu célèbres ses talents poétiques.

Le temps a épargné cette médaille centenaire et nous permet de savourer le trait de la gravure et la patine laissée par ce siècle écoulé. Puisse le temps suspendre son vol encore longtemps et ne pas soumettre à ses outrages le bronze de cette médaille afin que dans un siècle, son nouveau propriétaire puisse, lui aussi, s’émerveiller et méditer.

PDF    Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Lamartine, Médailles, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

deux × 2 =