Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Lamartine, Leçons de numismatique, Médailles, Technique et metaux » La médaille de Lamartine en Bois durci

La médaille de Lamartine en Bois durci

par Gilles Marchand

Cette très belle médaille de notre poète et homme politique mâconnais Alphonse de Lamartine n’est pas en métal mais en bois. Au revers, il est porté l’inscription Bois Durci mais qu’est-ce que le bois durci ?

Une des meilleures définitions est donnée par le site internet https://www.meubliz.com/definition/bois_durci/ qui en donne l’explication suivante :

“Le bois durci est une composition formée de sciure de palissandre, de sang de bœuf dont l’albumine sert d’agglutinateur. Par chauffage et pression dans des moules et des matrices, on forme de petits objets, appelés autrefois “articles de Paris”. Ce bois reconstitué est de couleur noire et mate, ou marron, de très grande densité et résiste à l’action de l’eau bouillante. Parmi les objets en bois durci, on trouve des bibelots, des médaillons à dessin ou portrait en relief, des plumiers, des presse-papiers, des encriers, des cadres, des boîtes, de bijoux de deuil, etc. Cette technique permet une production à peu de frais qui va avoir un très grand succès durant la seconde moitié du XIXe siècle, notamment sous Napoléon III. Elle remplace avantageusement le jais ou l’onyx noir.”

Il faut ensuite aller sur le Wikipédia allemand (https://de.wikipedia.org/wiki/Bois_Durci) pour avoir plus de détails sur l’invention de ce procédé et savoir que l’idée de mélanger sciure de bois et sang de bœuf et de les presser dans des moules revient à un chansonnier et inventeur français, François Charles Le Page. Le brevet a été déposé en 1855. Ce brevet a ensuite été acheté par un industriel Alfred Latry qui crée la Société du Bois Durci au Grenelle à Paris pour la fabrication de produits à partir de ce nouveau matériau.

La production d’objets en bois durci a cessé au début du XXème siècle, des matériaux plus modernes, notamment la bakélite, ayant remplacé le bois durci.

Ce procédé qui permet de restituer les détails les plus fins est connue en numismatique par une importante et passionnante série de portraits dont fait partie ce médaillon d’Alphonse de Lamartine.

Datant de plus d’un siècle, ces médaillons sont cependant toujours dans un très bel état. Je souhaite donc de bonnes trouvailles à tous les numismates qui en ont fait ou en feront leur thème de collection.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Lamartine, Leçons de numismatique, Médailles, Technique et metaux · Mots-Clés: , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

quatre × deux =