Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Alexandre Morlon, Infos, Leçons de numismatique, Médailles, Technique et metaux » Une imitation chinoise de la République de Morlon

Une imitation chinoise de la République de Morlon

par gilles Marchand

Le XXIème siècle voit la réapparition de l’effigie de la République créée par Alexandre Morlon en 1929 sur des médailles commercialisées par des sites de vente en ligne étrangers.

Ces nouvelles médailles au diamètre de 40,1 mm pour un poids de près de 30 grammes (29,8 g) sont frappées sur des flans réalisés dans un métal ferreux (réagissant à un aimant). Outre leur aspect argenté brillant, elles sont facilement reconnaissables à leur tranche cannelée.

Ces frappes récentes en provenance de Chine sont des copies de la médaille “République” d’Alexandre Morlon éditée par la Monnaie de Paris dans les années 1930.

Son avers imite l’effigie de sa Marianne, passée à la postérité sous la dénomination de “République”, qu’il avait créée pour le concours monétaire de 1928. Celle-ci fut utilisée pendant plus de 40 ans, des années 1930 aux années 1970, sur les médailles officielles françaises remises par les différents ministères.

Posées l’une à côté de l’autre, les différences existant entre l’imitation et l’originale sont frappantes.

La gravure est visiblement plus fruste et moins précise. Par ailleurs, même si tous les éléments symboliques “bonnet phrygien, couronne de chêne et de laurier” sont présents et correctement placés, l’effigie de la version frappée en Chine manque du relief qui caractérise les médailles et s’apparente plus à une frappe monétaire. Cette caractéristique provient très vraisemblablement de l’utilisation de presses moins puissantes et plus rapides que celles utilisées à l’origine par la Monnaie de Paris pour frapper les médailles qu’elle commercialisait.

Une gravure et une frappe plus basiques et l’utilisation d’un métal bon marché permettent aux industriels chinois qui fabriquent ces médailles d’obtenir des coûts de production extrêmement bas. Les revendeurs peuvent ainsi les mettre sur le marché à un prix se situant aux alentours de 1 euro pièce.

Le revers, quant à lui, copie un des multiples revers qui avaient été associés au modèle de la République d’Alexandre Morlon et utilisés par la Monnaie de Paris lors des frappes originales.

Les photos ci-dessus des deux revers (Copie et médaille originale “République” émise par la Monnaie de Paris dans les années 1930 pour le sous-secrétariat d’État de l’Éducation Physique) illustrent cette reprise à l’identique de la couronne de laurier. La signature du graveur de cet avers a cependant disparue de cette copie et la légende circulaire d’origine s’est transformée en “LIBERTE EGALITE FRATERNITE”, devise de la République française.

La production de ces nouvelles médailles imitant celles à la République de Morlon et leur mise sur le marché mondial n’aurait rien d’illicite si la signature d’Alexandre Morlon n’apparaissait pas à l’avers. Une mention “d’après Morlon” aurait été préférable et n’aurait pas abusé les collectionneurs actuels et ceux des générations futures. Ainsi, saura-t-on encore faire la différence dans un siècle entre l’original et cette copie ?

Cette nouvelle médaille en provenance de Chine est donc sans conteste à classer dans la catégorie des contrefaçons !

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Alexandre Morlon, Infos, Leçons de numismatique, Médailles, Technique et metaux · Mots-Clés: , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

20 − un =