Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Atelier monetaire de Macon, Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies de Macon, Questions - Reponses, Technique et metaux, Tresors et decouvertes, Une monnaie une histoire » Niquets et petits niquets de Mâcon au nom de Charles VI – partie 8

Niquets et petits niquets de Mâcon au nom de Charles VI – partie 8

Par Oleg

Introduction :

Je reviens aujourd’hui sur les niquets de Mâcon, plus particulièrement sur le type 2 suite à l’acquisition que j’ai faite récemment d’un exemplaire dans un état de conservation bien supérieur à ceux que je possédais déjà. Son examen me laisse aujourd’hui perplexe, et pose la question de l’atelier qui l’a produit, d’autant que j’ai été amené à ré-examiner mes autres niquets et force est de constater que je n’avais pas vu ce « détail » qui sème le doute, et pourtant bien présent sur tous mes type 2.

Correctif du descriptif du type 2, de Mâcon ?

Si ma lecture des légendes d’avers et revers était correcte, c’est le point d’atelier qui soulève la question de l’attribution à Mâcon. En effet, si la marque de l’atelier est bien 12° à l’avers sous la « C » de FRAnC0RV, au revers le point plein est clairement sous la « C » de FRACIe, soit 16° ! sic !!! Ainsi, l’atelier est défini par un point sous la première « C » des légendes, et non pas un point 12°.

Quel atelier a donc forgé ces niquets ?

Cette marque d’atelier, point sous les « C », est connue pour Châlons-en-Champagne, sur les très rares guénars de Charles VII à quatre couronnes dans les cantons de la croix de revers, frappés en cette ville avec un croissant pointes en haut en marque distinctive initiale, soit beaucoup plus tardivement.

Guénar Châlons-en-Champagne au nom de Charles VII – ancien fond de l’auteur

Mais à Châlons-en-Champagne, les « T » affichent une base tridentée, absente sur ces niquets de type 2 et pourtant bien appliquée sur les niquets de cet atelier dont le point attribué est 1° avers et revers.

Niquet Châlons-en-Champagne au nom de Charles VI – NumisCorner (56684)

La cité Champenoise est donc à exclure pour ces exemplaires particuliers, d’autant que les seuls niquets forgés après Charles VI le furent sous Charles VIII avec une gravure modifiée tant dans le dessin que dans les légendes, et seulement à Dijon avec une coquille Saint Jacques initiale pour marque d’atelier.

Niquet Dijon au nom de Charles VIII – coll Geme (colleconline.com)

Si l’on reprend la liste des ateliers ayant forgé ce type monétaire, l’atelier de Saint Quentin à la particularité de s’être vu attribuer un point d’atelier dont la position diffère entre l’avers et le revers. Mais ces niquets de type 2 présentent un point 12° à l’avers et 16° au revers alors que pour Saint Quentin le point choisi était 16° à l’avers et 17° au revers. La non corrélation entre les deux, même avec un comptage des lettres antihoraire élimine ici de facto, la possibilité d’attribuer ces types 2 à l’atelier de l’Aisne.

A suivre…

Sources :

Fond actuel et ancien de l’auteur

Collection Geme (colleconline.com)

Fond ausouvaillant34

.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Atelier monetaire de Macon, Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies de Macon, Questions - Reponses, Technique et metaux, Tresors et decouvertes, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

dix-neuf − neuf =