Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Alexandre Morlon, Documents d'archives, Leçons de numismatique, Une monnaie une histoire » L’avers de la 10 Centésimos 1930 pour l’Uruguay gravé par Alexandre Morlon

L’avers de la 10 Centésimos 1930 pour l’Uruguay gravé par Alexandre Morlon

par gilles Marchand

Pour cette monnaie de 10 centésimos frappée pour commémorer le centenaire de la République d’Uruguay, l’administration des monnaies de ce pays fit appel à Alexandre Morlon qui adapta l’effigie des « République » qu’il avait créé à l’occasion du concours monétaire de 1928 pour les nouvelles pièces françaises de 10 et 100 francs.

Mises côte à côte, ces effigies sont très similaires. L’avers de la monnaie destinée à l’Uruguay prend à l’essai de la 10 francs sa couronne posée sur le bonnet phrygien mais en supprimant toutefois le nœud à l’arrière, la cocarde et les épis de blé à l’avant. Pour remplacer ces épis, la couronne est prolongée par une branche de laurier, le nœud se voyant substitué par des feuilles de chêne. Le graphisme de la chevelure est aussi fortement inspiré de l’essai de la 10 francs. Par contre, la languette du bonnet phrygien, repliée du l’épaule, est prise sur l’essai de la 100 francs.

Pour le revers, Alexandre Morlon est parti du projet de dessin de puma créé par la sculpteur uruguayen José Belloni pour le concours des monnaies du centenaire de la République d’Uruguay. En effet, les résultats de ce concours n’étant pas à la hauteur des espérances de ces organisateurs, la monnaie de la République d’Uruguay s’était orienté vers les meilleurs graveurs de la Monnaie de Paris (voir articles sur la paternité du puma : https://www.numismatique-en-maconnais.fr/2015/09/alexandre-morlon-et-la-paternite-du-puma/, https://www.numismatique-en-maconnais.fr/2021/09/la-paternite-du-puma-au-revers-de-la-10-centesimos-1930-de-le-republique-duruguay-1-2/, https://www.numismatique-en-maconnais.fr/2021/10/la-paternite-du-puma-au-revers-de-la-10-centesimos-1930-de-le-republique-duruguay-2-2/ ).

D’un poids de 8 grammes, cette monnaie sera frappée au module de 27 mm dans un alliage de cuivre et d’aluminium (cuivre 91% – Aluminium 9%) à 5.000.000 d’exemplaires par la Monnaie de Paris.

Par la suite, l’avers et le revers seront repris ensemble ou séparément pour d’autres monnaies uruguayennes, donnant à cette monnaie d’Alexandre Morlon une assez nombreuse descendance.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Alexandre Morlon, Documents d'archives, Leçons de numismatique, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

16 − dix =