Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Histoire locale, Monnaies de Macon, Vacances et Numismatique » Lecture de vacances : Les Sires de Bâgé, seigneurs de Pont de Vaux par Michel Balandras

Lecture de vacances : Les Sires de Bâgé, seigneurs de Pont de Vaux par Michel Balandras

Voici le dernier article de la saison. Nous allons prendre quelques vacances mais nous reviendrons avec de nouveaux articles début septembre.

En attendant, nous vous proposons une forte intéressante lecture  afin de passer un bon moment pendant vos congés bien mérités.

Les Sires de Bagé - Michel Balandras

Les Sires de Bagé - Michel Balandras

Cet ouvrage de Michel Balandras nous raconte l’histoire des Sires de Bâgé entre le XIème et le XIII ème siècle alors que leur territoire s’étendait de Cuisery aux portes de Lyon et de la Saône jusqu’au Revermont. A cette époque, la capitale de la Bresse était Bâgé le Chatel.

Pour le coté numismatique, je retiens cet extrait de la charte de Pont de Vaux de 1251 :

“Nous, Guy, Sire de Baugé, chevalier, et Renaud, damoiseau, frères, … nous octroyons les franchises à notre ville de Pont-de-Vaux, aux hommes qui l’habitent et à ceux qui l’habiteront à l’avenir… Nous concédons, moyennant certains droits ci-dessous exprimés.

Savoir”:

“Que pour chaque toise de façade de maison de ladite ville, nous et nos successeurs, devons avoir annuellement quatre deniers mâconnais, et dans les faubourgs trois deniers, ainsi qu’il est d’usage dans ladite ville.

“Les délits seront punis de la manière suivante: celui qui aura donné un coup de poing payera une amende de trois sous, monnaie de Mâcon; un soufflet 5 sous; un coup  de bâton ou de pierre lorsqu’il y aura effusion de sang sera puni d’une amende de 60 sous si la blessure est considérable et de 7 sous si elle ne l’est pas”.

“L’homme et la femme convaincus d’adultère seront condamnés à l’amende de 60 sous; ils pourront l’éviter en se faisant traîner ensemble par les carrefours de la ville, nus en chemise”.

“Celui qui n’a pas prouvé, devant le bailli, le sujet de sa plainte payera 3 sous. Le parjure sera puni de 60 sous d’amende”.

“Si quelqu’un dans la ville de Pont-de-Vaux, excepté les gens attachés à la maison du prince, porte la nuit, sans juste cause, une arme quelconque , si ce n’est un couteau, il paiera  7 sous d’amende. Les habitants de ladite ville pourront et devront avoir des sièges, des bancs et des banques, pour vendre toute chose selon la coutume”.

“Si l’animal de quelqu’un a causé un dommage, qu’il soit fait satisfaction du dommage d’après les gens bien nommés ou arbitres, et que, pour ce, l’animal soit tenu à 4 deniers mâconnais”.

Ce passage nous montre que les monnaies de Mâcon (monnaies royales depuis la vente du Comté de Mâcon à la couronne de France en 1239 par Alix de Mâcon) étaient utilisées par delà la Saône dans des territoires dépendant théoriquement du Saint Empire. Il faut dire que les “frontières” de l’époque n’étaient que de simples limites et la qualité des monnaies de Saint Louis était reconnue et en faisait une monnaie de référence en dehors du Royaume.

Denier tournois de Louis VIII Le Lion et  première partie du règne de Louis IX (photo CGB)

Denier tournois de Louis VIII Le Lion et première partie du règne de Louis IX (photo CGB)

Nous vous laissons découvrir le reste de l’ouvrage et vous souhaitons d’agréables vacances.

A très bientôt pour de nouveaux articles.

Référence : Les sires de Bâgé, Seigneurs de Pont de Vaux – Michel Balandras – n° ISBN 978-2-9539974-0-8

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Histoire locale, Monnaies de Macon, Vacances et Numismatique · Mots-Clés: , , , , ,

Laisser un commentaire

*

2 × 2 =