Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Divers, Infos, Leçons de numismatique, Monnaies d'ailleurs, Questions - Reponses, Technique et metaux » Billet d’humeur : COQUES EN STOCK, partie 1

Billet d’humeur : COQUES EN STOCK, partie 1

Par Oleg

Introduction :

C’est une déferlante depuis des mois sur les sites dédiés aux collectionneurs et dans les ventes aux enchères des grandes maisons numismatiques américaines. Des monnaies françaises gradées et mises sous coque par centaines nous sont proposées, et certaines avec des grades tout à fait fantaisistes. Je m’interrogeais déjà sur le bienfondé de cette démarche pour les monnaies de ma collection personnelle, mais aujourd’hui, alors que j’étais toujours dans l’expectative, ces sociétés d’outre atlantique me donnent désormais des arguments qui me convainquent de moins en moins de franchir le pas, ou tout au moins d’en faire usage avec la plus grande parcimonie.

Trop de coques :

Dans le cadre de mes recherches sur les monnaies et billets du mâconnais, je m’applique à suivre journalièrement ce qui est mis en vente, tant sur les grands sites d’enchères en ligne, que par les commissaires-priseurs en salles des ventes et aussi bien sûr les grandes maisons numismatiques du monde entier via leurs catalogues de ventes sur offres ou aux enchères. Et depuis plusieurs mois déjà, les professionnels américains mettent en vente des quantités pharaoniques de monnaies médiévales françaises sous coque ou non, à l’unité ou en lot. On est déjà en droit de se demander si un trésor n’aurait pas fuît à l’étranger au regard du nombre incommensurable de deniers estevenants de Besançon que l’on nous propose à l’achat depuis le nouveau continent. Je dis trésor, parce qu’il n’y a pas de doute à avoir, tous ces deniers sont du même type à la main bénissante, légendes PTHOMARTIR / BISVNTIVM, tous du même aspect visuel, et dans le même état de conservation. Pas un exemplaire ne dépasse le TTB, mais tous présentent une jolie patine sombre dans les champs mettant en valeur leurs pauvres reliefs résiduels. Ce type monétaire au demeurant déjà extrêmement commun, n’a déjà que peu de valeur de collection, et ne dépasse guère les 25 €uro dans cet état moyen.

Mais les maisons de grading, ont cru bon de placer sous protection plastique plusieurs centaines de ces divisionnaires, fort de leur adage qui affirme que toute monnaie sous coque prend une plus-value importante. Que nenni, je l’affirme haut et fort, sur un type monétaire aussi commun, seuls les exemplaires dans un état de frappe et de conservation supérieurs prendront une vraie valeur une fois sous coque, cette dernière mettant en avant son état exceptionnel pour le type.

Quant aux autres exemplaires moins beaux, j’ai mal pour le porte-monnaie du propriétaire ; une mise sous coque coute environ 12 €uro, ajoutez à cela le prix d’achat de la dite monnaie, les frais de vente des sites d’enchères, le tout pour un prix d’adjudication qui n’excédera pas les 25 €uro l’unité, et encore, si le vendeur a de la chance, car il y a aujourd’hui plus d’exemplaires disponibles que d’acheteurs, tout au moins en France, ainsi il en est pour ses frais au regard de l’état actuel de l’offre et de la demande sur le marché de ce type de monnaies qui risque de s’effondrer face à cet arrivage massif.

Alors bien sûr, pétris de certitudes qu’ils sont sur le fait qu’une monnaie sous coque est valorisée systématiquement, certains vendeurs osent vous les proposer à des prix stratosphériques, consentants même à l’occasion des remises incroyables jusqu’à 60%, MDR.

Désolé, mais là j’ai le droit d’en rire je pense, d’autant plus quand un vendeur ose prendre pour pseudo « Highrating_ lowprice » (je traduis pour les non anglophiles : Note Haute_Petit Prix) et proposer ses estévenants en TTB jusqu’à plus de 900 €uro prix de départ (oui vous avez bien lu, re-MDR), qui a ce prix, se permet en plus de refuser les retours (quel commerçant !!! je rêve !), mais, vous offre tout de même une généreuse remise commerciale de 60 %, j’ai envie de clâmer haut et fort : « Môssieur est décidément trop bon Seigneur, avec le gentil petit collectionneur ! », à moins que ce mytho ne le prenne juste pour un pigeon, pour ne pas dire un c…, j’ai un doute, qu’en pensez-vous ? En tout cas, ce n’est pas mon habitude, mais lui méritait que je le mette à l’index, tout comme le gradeur son complice dans cette grotesque plaisanterie. Au-delà de ces pseudo ventes de ces prétendus professionnels, Il faut s’interroger sur le sérieux de la démarche des maisons de grading américaines, et notamment NGC, puisque c’est de chez eux que vient ce raz de marée d’estévenants bisontins coqués en TTB, entre autres…

Pour dynamiser le marché de monnaies aussi courantes que ces deniers de Besançon, seuls les exemplaires susceptibles d’être gradés FDC, éventuellement SPL, devraient-être gradées et mis sous coque, pour les autres aucun intérêt, sinon le profit issu de la vente de coque, et les gradeurs devraient les refuser en expliquant au numismate pro., pourquoi c’est une perte d’argent pure pour lui et in fine pour ses acheteurs qui verront le coup de la coque imputé au prix de vente d’une monnaie, qu’il trouvera finalement moins chère chez un autre professionnel qui ne l’aura pas fait grader. Soyons réalistes et plus honnête que ces encapsuleurs qui ne pensent absolument plus numismatique mais monnaie, au sens dividendes pour leurs actionnaires. Dans cette démarche dévolue au mercantilisme pur et non productive pour la numismatique, les dirigeants de NGC (« Nouveaux Guignols Commerciaux »), ne seraient-ils pas finalement devenus de simples dealers de coques ?!!!

A suivre…

.

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Divers, Infos, Leçons de numismatique, Monnaies d'ailleurs, Questions - Reponses, Technique et metaux · Mots-Clés: , ,

Laisser un commentaire

*

19 − 2 =