Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Atelier monetaire de Macon, Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies de Macon, Technique et metaux » LES EMISSIONS DE « GUENAR » DE MACON – partie 3

LES EMISSIONS DE « GUENAR » DE MACON – partie 3

par Oleg

 

2ème émission à la légende variée :

La légende d’avers de cette monnaie n’est pas une variété mais une variante, elle présente une lettre « X » finale mal insculpée dans le coin et donc tellement inclinée qu’elle passe pour un « + ».

Descriptif technique :

conforme au type de la seconde émission

 

mâcon_1389_charlesVI_guénar_RE+_coll-oleg_12

 Mâcon – guénar à légende d’avers variée de 1389 – coll. Oleg

 

Descriptif graphique :

avers :

conforme à la seconde émission sauf pour la dernière lettre de la légende

+ kAROLVS : FRAHC.ORV : RE+

rotation du X final de 45° qui donne un + ;  RE+ au lieu de REX

 

revers :

conforme au type de la seconde émission

 

apparté sur le graphisme des guénar de Mâcon :

je reviens aujourd’hui sur la partie 1 de cette étude, dans laquelle j’abordais la forme particulière des fleurs de lis des guénar de Mâcon, ainsi que sur certaines lettres des légendes aux lignes différentes du standard demandé à l’époque pour ce type monétaire, pour entrer un peu plus dans les détails.

distinguer les lis « mâconnais » des lis « standards » :

En effet, si tous les ateliers royaux de gravaient des lis, que je nommerai les lis « standards », plutôt conformes au piéfort fourni par Paris, à Mâcon ces motifs avaient leur forme propre, non pas par envie de se singulariser, mais plus, je pense, par manque de savoir faire en matière de gravure, et par défaut de contrôle qualité de la part des employés de l’atelier, à l’attitude peut-être un peu trop nonchalante sur le sujet. Je nommerai ces lis, les lis « mâconnais », ils apparaissent aussi bien à l’avers sur l’écu, qu’au revers dans le cantonnement de la croix, dès la première émission. Cette différence stylistique va perdurer jusqu’à la quatrième émission de 1411, durant laquelle le graphisme va se standardiser pour ressembler enfin à celle des autres ateliers royaux, et où, cette normalisation apparaitra d’abord au revers dans le cantonnement de la croix, puis sur l’avers sur l’écu de France, offrant ainsi plusieurs combinaisons avers/revers, que nous allons détailler maintenant.

les lis « standards » : se reconnaissent à la forme relativement géométrique de leurs queues formées de trois « triangles » assemblés par leur base, et la pointe vers le bas. Ils apparaissent sur les guénar de Mâcon à partir de la seconde émission de 1389, mais au revers seulement.

les lis « mâconnais » : portent des queues, dont la forme générale se rapproche de celle des feuilles de laurier et, qui présentent souvent une longueur surdimensionnée qui donne aux fleurs de lis un aspect exceptionnellement long. En outre, il arrive fréquemment qu’elles soit mal positionnées et paraissent « tordues » le plus souvent vers la gauche. Les lis mâconnais ne disparaitront définitivement des guénar de Mâcon qu’à partir de la quatrième émission en 1411.

 

lis-standard

visuel du lis « standard »

lis-mâconnaislis-mâconnais-déformé

et des 2 types de lis« mâconnais » droit et déformé (dessins d’Oleg)

 

les combinaisons de lis avers/revers retrouvées :

mâconnais/mâconnais : sur les émissions de 1385 ?, 1389, 1405 ?, 1411

mâconnais/standards : sur les émissions de 1389, 1405 ?, 1411

standards/standards : sur les émissions de 1411 et suivantes

Commencée en 1389 et aboutie en 1411, la normalisation du graphisme de la production de l’atelier de Mâcon aura pris pas moins de 13 années et 3 émissions pour s’aligner sur la qualité esthétique du reste du royaume.

 

le « T » typique des légendes des guénar de Mâcon :

Il y a également une lettre qui distingue assez facilement les guénar de Mâcon, il s’agit du « T » de SIT au revers. Contrairement aux guénar des autres ateliers où cette lettre arbore un pied en forme de triangle dont les lignes des côtés gauche et droit sont creusées, ceux de Mâcon présentent un jambage plutôt épais et arrondi. Cette calligraphie particulière est récurrente au moins depuis la première émission en 1385 et jusqu’à la quatrième émission en 1411, date à laquelle la lettre « T » va commencer à s’affiner, mais sans jamais se normaliser complètement.

 

T-standard

visuel des lettres  T  aux modèles « standard »

T-mâconnais

et « mâconnais » (dessins d’Oleg)

 

Avec tous ces éléments, vous serez maintenant en mesure de déterminer si, vos exemplaires de guénar frappés en 1385 lors de la première émission, celle qui ne porte pas de point secret et affiche des « 0 » longs dans les légendes, ont été frappés à Mâcon, et nous vous rappelons que :

 

pour cette émission nous n’avons toujours pas de cliché,

alors si vous possédez des guénars et ou demi-guénars de la première émission,

qui répondent à un ou plusieurs critères définis  ci-dessus,

faites nous parvenir des clichés à : contact@club-numismatique-macon.fr ,

peut-être aurons-nous la chance de confirmer un exemplaire de l’atelier de Mâcon.

 

à suivre,…

 

sources :

Collection Oleg

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Atelier monetaire de Macon, Histoire locale, Leçons de numismatique, Monnaies de Macon, Technique et metaux · Mots-Clés: , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

quatre + 19 =