Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Divers, Histoire locale, Infos, Leçons de numismatique, Monnaies d'ailleurs, Questions - Reponses, Technique et metaux, Une monnaie une histoire » FAUX BILLETS DE 20 €URO EN CIRCULATION EN MACONNAIS

FAUX BILLETS DE 20 €URO EN CIRCULATION EN MACONNAIS

par Oleg

 

Introduction :

Employé de commerce de mon état, il y avait fort longtemps que je n’en avais pas rencontré. Furtivement, ils apparaissent de temps à autres, dans le flot de monnaie, certes, on en rencontre peu au regard de la masse monétaire en circulation, cependant ils deviennent de plus en plus trompeurs, voici un exemplaire de faux billet de 20 €uro dernière version, retrouvé dans ma caisse hier soir en faisant ma clôture comptable.

Quels billets sont susceptibles d’être faux ?

De toutes les fausses coupures en circulation, 99 % sont aux faciales de 20 et 50 €. Cela s’explique par le coût de fabrication des faux, qui est de plus en plus élevé à mesure que les signes de sécurité hightech sont multipliés sur les vrais billets, aussi il est peu rentable pour les faussaires de produire des coupures de 5 ou 10  €, dont le cout de production est identique à celui de la fabrication des 20 et 50 €. Quant aux faciales de 100, 200 et 500  €, elles sont trop difficiles à écouler, les commerçants ayant rarement la monnaie à rendre sur de tels montants, et du coup les faussaires s’en détournent.
0_fauxFAUX 0_vraiVRAI

Reconnaître le faux billet de 20  €uro version 2018 :

J’ai beau avoir l’œil aguerri, je dois avouer que, pris dans ma démarche commerciale, je n’ai pas relevé ce faux billet à l’encaissement, même si son papier, qui est peut-être sa plus grosse lacune, ne m’a pas interloqué à temps pour le refuser, aussi j’ai mis en avant, ci après, les principales différences entre faux et vrai billet, les clichés du faux étant toujours à gauche dans les comparatifs.
 –
1/ le papier :
on garde les recettes anciennes ; au touché il est très lisse, limité glacé et voir « glissant » à l’avers et plus rèche au revers, comme les vrais, tout comme le papier qu’utilise votre boucher pour emballer votre jambon tranché.
2/ les différences à l’avers :
la bande strap : sur le faux, on la sent distinctement sous le doigt, en effet elle est très épaisse, de plus on ne distingue pas sur le faux les micros textes qui entourent les hologrammes.
2_faux_avers-bande-strapFAUX 2_vrai_avers-bande-strapVRAI
– 
la fenêtre de la bande strap : sur le faux on distingue à peine les visage de l’ange masqué par les vagues dessinées sur le strap, alors qu’il devrait être d’une netteté incomparable, les vagues s’interrompant à l’endroit du visage pour le laisser apparaître sur le vrai
2b_faux_avers-fenêtre-bande-strapFAUX 2b_vrai_avers-fenêtre-bande-strapVRAI
 
les étoiles : leur contour est plus marqué
28faux_avers-étoilesFAUX 28vrai_avers-étoilesVRAI
le filigrane, le millésime et la signature : sur le faux le filigrane ne se distingue qu’à peine et le millésime et la signature sont en caractères plus gras, alors que sur le vrai, le filigrane est très lisible et le millésime et la signature en caractères plus fins et nets
2d_faux_avers-filigrane-millésimeFAUX 2d_vrai_avers-filigrane-millésimeVRAI
3/ les différences aux revers :
la fenêtre de la bande strap : elle est de forme romane (voûte arrondie) sur le faux, alors que sur le vrai, la forme est gothique (voûte pointue), en outre, l’emplacement est fortement décalé vers le haut à gauche, ce qui a obligé les faussaires à redessiner très maladroitement les rainures sous l’arche à droite de la fenêtre.
3a_faux_revers-fenêtre-bande-strapFAUX 3a_vrai_revers-fenêtre-bande-strapVRAI
 
le numéro d’ordre et son rappel : ils sont différents sur le faux, alors qu’il devrait être identiques, énorme erreur des faussaires, même incompréhensible, qui montre leur méconnaissance totale du fonctionnement de la numérotation. Il est important de souligner, qu’il est quasi certain que tous ces faux portent exactement les mêmes numéros d’ordre erronés que celui présenté ici, car certainement produits à l’imprimante laser. Pour le nombre 20, le remplissage du faux est vert moucheté de noir, alors que sur le vrai, le remplissage va d’un bleu-vert en haut des caractères au vert en bas des caractères par un jeu de striures inclinées.
3b_faux_revers-n-ordreFAUX 3b_vrai_revers-n-ordreVRAI
 
4/ autre différence notable :
le fil de sécurité : il est inexistant sur le faux, en effet, l’insertion de cette bande « rigide » dans l’épaisseur du papier reste encore hors de portée des faussaires, ou beaucoup trop onéreuse à réaliser, aussi, cette sécurité reste une des premières à vérifier lorsque l’on a un billet en main.
4_faux_fil-sécuritéFAUX 4_vrai_fil-sécuritéVRAI

D’où viennent ces faux billets de 20 €uro ? :

Les lettres « SC » avant le numéro d’ordre identifient l’origine italienne du vrai billet ayant servi de modèle aux faussaires, il y a donc fort à parier que les faussaires sont installés juste en face de l’Italie, proche mais hors zone euro, soit en Afrique du nord, soit dans une des républiques de la côte adriatique (pays de l’ex Yougoslavie ou Albanie, cette dernière qui inonde déjà le marché en fausses monnaies de collection de fort bonne facture d’ailleurs, bien meilleure que les chinois qui privilégient le volume plutôt que la qualité en ce domaine).

 

alors juste un petit conseil, prenez le temps d’ouvrir l’œil, …

 

source :

collection de l’auteur

.
www.pdf24.org    Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Divers, Histoire locale, Infos, Leçons de numismatique, Monnaies d'ailleurs, Questions - Reponses, Technique et metaux, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

13 − 11 =