Articles Commentaires

La Numismatique en Mâconnais » Alexandre Morlon, Médailles, Une monnaie une histoire » Alexandre Morlon et le tragique destin de la Marine française – Toulon 1942 (partie 2)

Alexandre Morlon et le tragique destin de la Marine française – Toulon 1942 (partie 2)

par Gilles Marchand

Le revers de la médaille “Duquesne” réalisé par Alexandre Morlon en 1928 fut repris à l’identique par la Monnaie de Paris pour trois autres croiseurs lancé à la même époque : le “Tourville”, le “Foch” et le “Dupleix”.

Croiseur Tourville b Croiseur Foch 1929 revers Croiseur Dupleix Revers

Le premier était un croiseur lourd de même type que le “Duquesne” et avait été lancé le 24 août 1926.

Les deux autres étaient des croiseurs lourds de la classe “Suffren” et donc légèrement différents au “Duquesne”. Le “Foch”, lancé en 1929 a été mis en service en 1931 et le “Dupleix” deux années plus tard en 1933.

Comme pour la médaille “Duquesne”, Alexandre Morlon ne réalisa pas les avers de ces médailles.

Il en sera de même pour la médaille suivante éditée en 1931 et consacrée au croiseur “Colbert” mis en service le 4 mars 1931. Comme le “Foch” et le “Dupleix”, ce bâtiment était un croiseur lourd de la classe “Suffren” toutefois la monnaie de Paris demandera à Alexandre Morlon un nouveau revers à cet effet.

Croiseur Colbert - (revers d'Alexandre Morlon)

Pour l’Histoire, la seconde guerre mondiale réservera des sorts bien différents à ces cinq navires. Interné par les Britanniques à Alexandrie le 3 juillet 1940 à la suite de l’armistice, le “Duquesne” reprendra le combat en juillet 1943 avec les forces navales françaises libres. Par contre, le “Foch” qui avait participé au bombardement de Gènes le 14 juin 1940 (suite à l’entrée en guerre de l’Italie quatre jours plus tôt), le “Colbert” et le “Dupleix” seront sabordés à Toulon le 27 novembre 1942 lorsque les troupes allemandes, après avoir traversé la ligne de démarcation et envahi la zone libre voudront pénétrer dans le camp retranché de Toulon pour s’emparer de la flotte française à quai.

Cette triste fin sera partagée par de nombreux bâtiments de la flotte française dont deux pour lesquels Alexandre Morlon avait aussi réalisé des médailles …

 

Source wikipédia : Le sabordage de la Flotte française à Toulon

 

   Envoyer l'article au format PDF à   

Publié par

Classé dans : Alexandre Morlon, Médailles, Une monnaie une histoire · Mots-Clés: , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

cinq × 5 =